jeudi 16 décembre 2010

Golden Slumber- Yoshihiro Nakamura



Après avoir lu des choses plutôt flatteuses sur ce film chez Mark SHilling/Japan Times ou a Midnight Eye, j'y ai jeté un oeil mais suis un peu moins enthousiaste. Golden Slumber, rythmé par une reprise un peu fade de la chanson d'Abbey Road, est un exercice de style sur le thème de la chasse à l'homme et de la conspiration gouvernementale. Aoyagi est un livreur qui a connu ses 5 minutes de gloires télévisuelles en sauvant une chanteuse à la mode d'un cambrioleur quelques années auparavant. Quand le film commence, il est invité par un de ses amis d'enfance à une partie de pêche, mais se retrouve drogué dans une voiture et accusé de l'assassinat du premier ministre du Japon.
Le film suit donc la fuite d'Aoyagi, aidé par ses proches et quelques personnages étranges, un faux invalide et un sérial killer adolescent.
Avec nonchalance, Nakamura applique la grille du cinéma de suspense sur un scénario assez balisé, et aux ficelles apparentes (les personnages précisent plusieurs fois "tu es une sorte de Lee Harvey Oswald", histoire qu'on comprenne...), mais laisse dévier la narration vers la nostalgie pop un peu légère ou l'humour absurde, le personnage du tueur étant l'un des points forts de ce film.
Quelque part entre le nostalgia-thriller à la Urasawa Naoki et le drama télé optimiste, suggéré par l'attitude insouciante et le faciès joyeux du héros, qui donnent à l'ensemble de ce complot machiavélique un air de rêve éveillé.

Aucun commentaire: